Vous êtes ici : FHU-SEPSISFRSEPSISDéfinition du sepsis

Définition du sepsis

En 2016, une nouvelle définition du sepsis a été établie par la communauté scientifique internationale présentant le sepsis comme une réponse immunitaire dérégulée à une infection (qu’elle soit d’origine bactérienne, virale, fongique ou parasitaire), entraînant un dysfonctionnement d’organes souvent fatal.

Largement méconnu, le sepsis peut toucher tout le monde mais plus particulièrement les nouveau-nés, les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées, les malades immunodéprimés ou chroniques et les personnes vivant dans des milieux à faibles ressources.

Parmi les causes de sepsis, les maladies diarrhéiques et les infections respiratoires sont les plus courantes.

En fonction des cas, sa prise en charge peut nécessiter de lutter contre l’infection avec des antibiotiques et éventuellement une intervention chirurgicale, d’assurer l’oxygénation des tissus par la perfusion de fluides ou de vasopresseurs, et d’apporter une aide respiratoire.

Véritable problème de santé publique, l’OMS estime que 49 millions de personnes sont atteintes de sepsis chaque année dans le monde, causant 11 millions de morts, soit près de 20% des décès (données 2017).

 

Plus un sepsis est reconnu et pris en charge rapidement, plus les chances de survie du patient augmentent. Malgré tout, parmi les survivants du sepsis, un tiers meurt dans l’année qui suit et beaucoup d’autres se retrouvent avec des séquelles à long terme (déficiences physiques et cognitives, troubles mentaux).

Le sepsis peut être évité grâce à un diagnostic précoce, un traitement adapté et des mesures de prévention.